Le vieux séminariste

mercredi 7 mai 2008


Je ne sais pas comment faire, où fuir, me cacher de cette torture.
Je suis amenée à travailler avec un collègue, absolument charmant et une véritable encyclopédie vivante.
Mais, c'est ça le problème, il est trop encyclopédique cet homme là, il sent la vieille poussière, le vieux séminariste investi par la mérule malodorante.
Enfin là je suis gentille, parceque encore le matin, subtilement enivrée par la senteur délicate de mon thé vert à l'ananas hibiscus (2 fois plus riche en catéchines rendez vous compte!) je suis gentille disais je, parceque la dernière fois j'ai failli vomir, tellement je me suis sentie mal.

Récapitulons, il porte le même vieux veston miteux (et mité) depuis 25 ans, il doit se laver les cheveux, euh jamais , les dents n'en parlons pas, il a une haleine à tuer un bouc (faut ce qu'il faut il a cette chance) les ongles noirs et les doigts parsemés de verrues si immondes qu'on n'oserait pas lui serrer la main de peur d'être soi-même transformé en verrue géante.
Le déo ça ne doit pas exister même dans ses rêves les plus fous.
Sa garde robe se limite au pantalon assorti, et dans le même état que le veston de ci-dessus, et un t-shirt qu'il n'est nul besoin de repasser, il tient debout tout seul.
Et quand par miracle il sent l'eau de toilette, ça doit être un vieux liquide verdâtre d'il y a longtemps trouvé dans une poubelle.

Bon, jusque là, tant qu'il arpentait des couloirs différents pas grave, ben oui, tant pis pour les autres, je ne vais pas, m'apitoyer sur leur sort, trop contente que j'étais de ne pas avoir affaire à la chose.
Mais là, maintenant, et dans les mois qui viennent, je vais devoir travailler avec lui.

Pas dans le même bureau j'espère, sinon je démissionne.

Ce n'est même pas la peine de chercher des stratégies pour éviter ça, la seule stratégie possible c'est d'arrêter de respirer quand il est là et qu'il vous parle.
Je l'ai fait la dernière fois, et ça marche!

Sauf que je ne suis pas championne d'apnée et qu'au bout d'un petit temps il faut reprendre son souffle et c'est pire. Parceque après avoir été privée d'oxygène au bord de l'asphyxie, rien de tel qu'une super bouffée d'air frais salvateur.
Mais NON, là c'est le choc: l'air fétide, infecte, nauséabond, vous prend à la gorge, et l'on se sent défaillir.

Sans parler qu'avec ça, on n'a rien suivi de la conversation.
C'est comme ça que l'autre jour, on s'est retrouvés 15 mètres plus loin dans le couloir à force, de moi, reculer pour éviter de l'avoir en face et subir l'effluve, et lui, de se rapprocher parcequ'on ne parle pas à un interlocuteur à 4 mètres de distance.

Je ne sais pas quoi faire, parceque s'il y a un truc que je ne supporte pas (enfin il y en a d'autres, mais un à la fois) c'est la puanteur corporelle des gens. Et je ne parle pas ici du fait d'être parfumé Chanel, Dior ou Saint Laurent.
C'est juste sentir le frais-lavé et pas ramasser en pleine figure l'odeur de pieds mycosés et vieux t-shirt puants qu'on n'enlève même pas pour dormir et avec lesquels on repart le lendemain matin.
Je n'ai pas d'estomac pour ça.

Et je ne suis pas trop du genre dissimulatrice, donc je sens que je vais m'attirer des ennuis. Je ne vais pas non plus aller trouver le comité de sécurité et d'hygiène parceque en plus, ce monsieur, charmant, au demeurant, est une institution, là où je travaille (quand part il à la retraite???)

J'ai même pensé à me balader avec un petit sac en papier de ceux qu'il y a dans les avions pour pallier au mal de l'air? Je peux toujours prétexter que je suis sujette à des malaises vomitifs, nan?
Mais bon ça va paraître bizarre, et on va finir par découvrir le pot aux roses.

Non mais, vous avez une idée? parceque rien que d'y penser, vite! un petit sac!

Mais avant d'aller remettre mon petit déjeuner, je vous raconte la dernière horreur en date. J'ai entendu dire à son sujet: "c'est terrible qu'il soit comme ça, il a pourtant des petits enfants"
Là, mon esprit intrépide a fait un court circuit géant en imaginant, rendez vous compte! que s'il a des petits enfants, il a eu des enfants... avec une femme!!!
Je regrette c'est trop pour moi.

13 patatipatata:

cassandra06 a dit…

Arrête je suis desopilée derrière mon ordi..............mais je compatis c'est sur!!!!!! Eurgh!

MissBroWnie a dit…

Quelle horreur ! Ca me rappelle un prof de technologie et un d'histoir géo... un mixe des 2 quoi.

Ma pauvre! je compatis à ta souffrance!

Alice a dit…

Tu m'as presque fait perdre l'appétit. Quelle horreur! Et le coup des petits enfants c'est aussi trop pour moi. Je compatis.

shakti a dit…

cassandra: non mais ce n'est pas drôle! je déséspèèèère
missbrownie: je crois aussi qu'on a tous un vieux puant qui traîne dans nos souvenirs, beurk
alice: ah non ça! quelle femme a pu?? (à moins que ce soit depuis qu'elle l'a quitté qu'il est comme ça?)

Angie a dit…

Tu peux pas parler à ton patron qu'on lui fasse une remarque délicatement ? Je pense que ça doit en gêner plus d'un, non ?

Camille a dit…

je te raconte pas la vision d'horreur qui s'est imprimée dans mon cortex, suite a ta derniere précision que les petits enfants.
Offre lui du febreze? peut etre que ça marche sur l'humain aussi?

Delphine a dit…

Zut, je suis en train de petit déjeuner... C'est hard là!
Mais tu crois qu'un café qui sera savamment tombé sur lui pourrait le forcer à se laver? Au mieux, ça te laissera respirer quelques minutes, le temps qu'il aille éponger les dégats...
Y a t'il d'autres personnes incommodées par ses odeurs à ton travail? Parce que le mieux, serait peut être presque de lui dire...

Shakti a dit…

angie: ce qui me suprend et me dépasse c'est que c'est que tout le monde le voit et le sait, mais non, soit on ne lui dit pas trop, soit on le lui a dit mais il ne fait rien.
camille: bonne idée! quelques gouttes de febreze dans son café!!!
delphine:je crois que je vais le plus possible lui parler via le téléphone, et l'inviter de moins en moins aux réunions, beurk

mlle.figolu a dit…

Tu as du bol, l'été arrive donc solution numéro : toujours garder la fenêtre ouverte !

Solution numéro 2 : le sent-bon pour les toilettes en guise de pendentif autour du coup ... ça sent pas forcément super bon mais toujours moins mauvais que M. le séminariste crado :)

Courage ... c'est vrai que ces situations sont horribles !

Shakti a dit…

Melle Figolu ouiiii! vive le petit vent frais pour disperser les odeurs! pour le pendentif Canard WC je vais réfléchir quand même hein?

fofita a dit…

Ouh la des spécimens comme ça il y'en a des tas ici... je pense que malheureusement la notion d'hygième est arrivée tard dans la culture européenne, et que pas mal de gens ne l'ont pas encore intégrée...
Beurk quelle horreur! Je compatis vraiment!

Shakti a dit…

fofita: l'hygiène! l'hy-gi-ène! méconnu d'un certain nombre, pour le grand malheur d'une majorité, hélàs :((

Liane a dit…

Yok ! Moi je ne me gênerais pas pour faire mes remarques si c'est à ce point là !
Soit on plaint sa femme, soit on se dit qu'elle est pareil non ?
Essaye le foulard avec des gouttes d'huile essentielle de lavande, et tu peux même t'en mettre direct sur la peau vers les narines !! C'est encore ce qui marche le mieux comme brouillard de protection !