Connexion addicted

samedi 12 janvier 2008

Je ne vais pas être pas très originale en disant que cette façon de rester scotchée à son écran en pianotant frénétiquement sur le clavier tient presque (soyons indulgente) de la pathologie.
Chercher, améliorer, coller, enlever, remettre, zut c'est raté, je recommence. Avec de temps à autre un "Il est temps que j'arrête, mais encore un peu ça ira" à vocation rédemptrice, mais aussitôt oublié tient presque d'un Mystère qui fait qu'on ne voit plus passer le temps, qu'on peste, parceque ça ne marche pas, puis, ouf, les affaires reprennent, mais tout compte fait on change et on repart de plus belle.
Comment? ah bon? et ça? oui-non, non-oui, peut être quand même.

On est là pour le plaisir, mais faut reconnaître qu'une fois les pieds dans l'engrenage, c'est les prises de tête qui commencent et le plaisir relève de la "dépendance-addiction" plutôt que de la simple distraction qui change les idées de façon détachée et légère.

Envolée la tranquillité d'esprit, bonjour les préoccupations en plus au quotidien déjà souvent chargé.
Parceque, l'acharnement sur le clavier fait qu'on ne voit pas le temps passer, et si quand on en sort c'est avec le sentiment d'étranglement qu'on n'a le temps de rien.

C'est pas un peu fou tout ça? C'est le monde à l'envers.
Caramba, je crois que nous sommes perdus!

3 patatipatata:

Delphine a dit…

Et une de plus dans le monde des geekettes!

Camille a dit…

Bienvenue au club...!
Mais c'est tellement gratifiant, une fois obtenu le truc final!

Shakti a dit…

*delphine, je veux bien qu'on m'explique l'origine de ce mot bizarre
*camille, tu l'as dit, mais avant ça que de sueur!